Transport et sécurité routière 

0032 (0)473/86.33.73 

 itsre@live.be

Neige, restez vigilant
Ne soyez pas brusque au freinage !
la Justice n'est pas à sens unique !
Le Syndicat gagne un procès contre la Police d'Evergem !
En cas de blocage, prévoyez...
Nourriture, boissons, couverture et suffisance...
Si vous devez sortir de votre véhicule...
Restez prudent, un véhicule autorisé peut vous surprendre !
En cas de remorquage, prévoyez...
Préparez l'attache de remorquage...

Le juste, c'est le juste...

Dans le cas d'un litige avec un employeur, et sans arrangement possible entre les deux parties, le SECOP-ITSRE demande au Tribunal du Travail de statuer sur le cas litigieux.

Ne payez plus vos procès bêtement !

Notre syndicat est le seul en Belgique à défendre ses affiliés devant le Tribunal de Police en cas de procès-verbal contestable...

Et en cas d'accident de la circulation ?

Notre syndicat est également le seul en Belgique à défendre ses affiliés devant le Tribunal Correctionnel et ceci en cas d'accident ayant des entraîné des blessures et/ou la mort d'un individu...

Plus proche des affiliés !

Quand un chauffeur est-il disponible ? Le Week-end principalement... Notre syndicat est accessible le samedi et le dimanche AUSSI !

Comment adhérer au SECOP-ITSRE ?

Contactez-nous au 0473/86.33.73 ou adressez-nous un mail à itsre@live.be. Nous reprendrons contact avec vous le plus rapidement possible...

Rechercher un Article

L’ITSRE a déjà eu l’occasion de faire quelques démonstrations concernant la problématique des angles morts des camions. Ces démonstrations se sont faites parfois en collaboration avec des pouvoirs locaux et principalement en Flandre.

L’idée était de faire la promotion des véritables dangers qu’un utilisateur du réseau routier peut subir en se trouvant à côté d’un camion. Le chauffeur routier ne peut pas tout voir pour différentes raison dont la conception même de la cabine d’un camion. Par rapport à une voiture, la cabine d’un camion est bien plus large que l’habitacle d’une voiture. De par cette première constatation, le chauffeur d’un camion ne voit pas du côté droit et donc, ne peut pas voir ce qui vient du côté droit. Pour voir, il doit obligatoirement tourner la tête vers sa droite, ce que ne fait pas un automobiliste qui n’a qu’à tourner les yeux pour voir dans son rétroviseur de droite. Autre problème pour le chauffeur, le côté droit est pourvu que d’une seule vitre, il lui est donc impossible de tourner la tête afin de voir à l’arrière droit de son camion. Il lui reste alors que ses rétroviseurs pour voir. La hauteur du camion joue également un rôle dans la perception du chauffeur.

Le 28 octobre 2015, un chauffeur affilié au SECOP-ITSRE passe par la petite commune de RIEME dans banlieue de Evergem (Gent) en Belgique. Là, des portiques mesurant la hauteur des camions sont disposés dans la rue principale de cette commune. Lorsque le chauffeur se dirige vers sa destination, il aperçoit une signalisation indiquant « interdit aux véhicules de 3 mètres de haut et plus excepté circulation locale ». Son GPS lui indique que le client à livrer se situe au bout et sur le coin de la rue qu’il prend et qui est donc interdite aux camions comme stipulé ci-dessus. A ce moment, il voit le dispositif en entrant dans la rue mais en aucun cas, il ne voit une indiction quelconque annonçant une éventuelle déviation pour les camions.

Quelques jours après, son employeur lui remet un document concernant cette infraction. Trouvant cette situation révoltante, le SECOP-ITSRE a entamé une procédure afin de contester ce procès-verbal. Au bout de la procédure, qui vient d’aboutir le Parquet de Gent a décidé de classer le dossier sans suite…

La police d’Evergem a fait son travail. Ceci dit, le SECOP-ITSRE n’apprécie pas les arguments farfelus du commissaire de police qui a traité ce dossier. Malgré les explications du chauffeur, qui avait été entendu par la police dans le cadre de ce procès, le commissaire avait jugé bon de charger le chauffeur en expliquant, entre autre, que « chaque société était en possession du n° de quai et que ce numéro devait conduire les chauffeurs par la déviation prévue quelques kilomètres en amont.

La loi Macron en France oblige chaque employeur étranger à entreprendre des démarches administratives afin qu’un chauffeur (camion ou camionnette) puisse livrer des marchandises sur le territoire français. L’employeur doit obtenir un certificat de détachement pour chaque travailleur ayant un chargement ou un déchargement à effectuer sur le territoire français.

Cette mesure est d’application depuis le 1er juillet 2016

Cette loi oblige également l’employeur à désigner un « représentant ». Ce dernier fait office d’interlocuteur face aux Autorités française et aux services de contrôle et dot tenir à la disposition de ces Autorités, certaines données et documents.

Le SECOP-ITSRE peut vous proposer un « représentant » faisant partie d’un grand groupe spécialisé dans ce domaine ainsi que dans le droit français.

Le SECOP-ITSRE demande depuis plus de dix années déjà, que la célèbre caméra de bord « DASCHCAM » soit intégrée systématiquement dans la calandre des véhicules de type voiture, camion et moto.

Notre syndicat milite en faveur d’une sécurité routière qui soit plus en accord avec les réalités de chaque usager du réseau routier et ceci qu’il soit camionneur, automobiliste ou motard. Trop de personnes vivent dans l’irresponsabilité de leurs actes. En obligeant les citoyens à prendre leurs responsabilités, le SECOP-ITSRE est convaincu que le nombre d’actes peu respectueux du code de la route pourraient ainsi se réduire fortement.

Notre syndicat souhaite également que les images enregistrées par ces caméras de bord ne puissent pas être reprises et partagées sur les réseaux sociaux à des fins de moqueries ou de vengeances. Le syndicat plaide pour qu’un nouveau système soit développé par les fabricants de ce type d’appareil. Les images pourraient néanmoins être récupérées par la police ou par un magistrat tout en donnant la possibilité à un employeur de pouvoir récupérer les images ainsi que la compagnie d’assurance et ceci dans le but d’obtenir la justice dans le cas d’un accident litigieux dans lequel personne ne reconnait ses erreurs !

Depuis bien des années déjà, le secteur du transport souffre d’une image négative et pour cause, les nombreuses affaires dénoncées dans les médias ainsi que les images négatives d’accidents impliquant des camions montrées par ces mêmes médias, n’ont pas été favorables à monter une image valorisante pour le transport.

Le résultat ? Il devient de plus en plus difficile de motiver des jeunes à choisir la filière du transport pour y faire carrière. Au-delà de ce premier constat, le suivant est plus éloquent pour nous, Les fils de chauffeurs routiers qui, dans le passé, devenaient à leur tour des chauffeurs, ne veulent plus faire ce métier et dans la majorité des cas, parce que leur père veut veux une autre vie professionnelle pour leur fils…

Pour le SECOP-ITSRE, il ne sera jamais question de vouloir montrer une « belle » image du secteur comme certaines fédérations du transport le font alors que tout n’est pas rose dans le secteur. De nombreux travailleurs ET patrons de PME nous disent ce qu’ils vivent dans les entreprises et nous ne sommes pas satisfaits de la situation actuelle !

Design by: www.diablodesign.eu