SECOP - ITSRE asbl 

0032 (0)487 64 70 47 *** 0032 (0)486/21.18.20 

 Écrivez-nous à itsre@live.be

Le SECOP-ITSRE vient d'adresser un courrier au Ministre de l'emploi Chris Peters. Notre organisation demande du changement dans l'organisation du travail et des entreprises. Bien entendu, ceci n'est qu'une idée mais n'oublions pas qu'un syndicat est une source d'idées et c'est avec des idées syndicales qu'on parvient à innover et à résorber les problèmes...

De plus en plus d’employeurs considèrent leur personnel comme des esclaves. Sur le même temps, la sécurité sociale doit faire face de plus en plus aux malades de longues durées et principalement, pour cause de burn-out. Le SECOP-ITSRE revendique l’instauration d’un permis spécial qui serait délivré aux personnes souhaitant employer du personnel salarié. De nos jours, on nous demande un permis pour conduire un véhicule. Ce permis de conduire nous donne l’autorisation de conduire le type de véhicule pour lequel nous disposons d’un permis. Pour pouvoir transporter des produits dangereux, nous devons aussi avoir un permis A.D.R., et c’est comme ça pour beaucoup d’autres choses comme pour le simple fait d’aller pêcher mais RIEN quand il s’agit d’avoir la possibilité de pouvoir engager du personnel quitte à rendre malade une partie de la population !

 

Dans notre civilisation, il suffit d’avoir un peu d’argent, de l’investir dans un business et d’engager du personnel sans pour cela avoir les aptitudes intellectuelles nécessaires histoire d’éviter de rendre le personnel malade pour raison de dépression ou de burn-out.

Nous revendiquons que les employeurs devraient passer un permis pour pouvoir engager du personnel. Parmi les tests que ces employeurs devraient passer, un test de psychologie qui devrait permettre de savoir quel est l’état d’esprit des individus. Ce test serait à repasser tous les cinq ans.

Outre ceci, un examen écrit et oral sur les connaissances de la législation sociale dans le secteur pour lequel le permis serait délivré devrait aussi être réussit par le candidat. Si celui-ci échoue, il devrait représenter son examen.

La perte du permis :

Une fois obtenu, l’employeur qui transgresserait la législation sociale ou qui serait pris dans des fraudes comme celles tant de fois relayées dans les médias, perdrait son permis durant une période de cinq années. Il pourrait alors engager une autre personne qui détiendrait ce permis. Cette personne NE POURRAIT rien faire d’autre que de s’occuper du personnel. Si cette personne ne respecte pas la législation, elle perdrait aussi son permis. L’employeur serait alors obligé de retrouver une autre personne ayant ce permis. Ceci aurait pour but qu’une personne salariée ne risquerait pas de se voir retirer son permis pour un employeur.

Un employeur qui se retrouverait sans permis et sans personne ayant ce permis pourrait avoir une dérogation de 6 mois afin qu’il puisse se remettre en ordre vis-à-vis de cette réglementation. Au-delà des 6 mois, l’employeur devrait payer aux travailleurs, un sursalaire de 10% du dernier salaire obtenu ainsi qu’une pénalité financière mensuelle à l’état et ceci tant qu’il ne se serait pas remis en ordre vis-à-vis de la législation.

Les travailleurs en ont plus qu’assez des employeurs qui se prennent pour dieu le père ! Nous voulons bien travailler mais sans considération et sans respect, nous préférons rester chez nous bien au chaud nous dira l’un d’eux !