SECOP - ITSRE asbl 

0032 (0)487 64 70 47 *** 0032 (0)486/21.18.20 

 Écrivez-nous à itsre@live.be

Comment favoriser encore un peu plus la venue de travailleurs étrangers, les pratiques frauduleuses, ou tout simplement le dumping social ? La FGTB et le PS viendraient-ils de trouver la bonne recette !

Mais au fait, qui va payer les 6h00 durant lesquelles le travailleur restera chez lui ? L’employeur bien entendu ! Et pensez-vous un seul instant que les employeurs vont payer 6 heures, taxes comprises, alors qu’il serait si facile d’engager des travailleurs polonais, roumains, slovaques,…

Est-ce que ces mêmes employeurs ne se sont-ils pas organisés afin de développer des structures à l’étranger et parfois même d’une manière illégale ? Est-ce que certains employeurs n'ont-ils pas des problèmes judiciaires aujourd’hui à cause de pratiques peu respectueuses des législations ?

Qui serait le réel grand gagnant des 32h00 ?

 

Comme nous le disons assez souvent, l’Etat octroi une somme d’argent aux organisations syndicales officiellement reconnues par le gouvernement afin de « contribuer » aux frais de fonctionnement de leur caisse de paiement des allocations de chômage. Cette somme est estimée à quelques 300 millions d’euros d’après notre étude et ceci chaque année. Ceci représenterait quelques 480 €, cotisation syndicale comprise, qui sont empochés par ces syndicats pour s’être occupé d’un chômeur contre +ou- 180 € de cotisations syndicales pour un travailleur.

 

Il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes !

Le coût de la main d’œuvre pour un employeur en Belgique est l’un des plus importants de la zone euro. En obligeant les employeurs à payer 38h00 pour un total presté de 32h00, nous verrions apparaître d’autres pratiques de fraudes, d’autres obligations faites aux travailleurs comme par exemple, devoir travailler malgré tout ses 38h00 par semaine. Nous nous rappellerons que le régime de flexibilité avec ses heures du « pot » est l’une des plus grosses bêtises « négociées » entre les partenaires sociaux et validé par le gouvernement Verostaed.

 

Et quid sur la fiche de salaire ?

Que sera-t-il indiqué sur la fiche de salaire des travailleurs ? 32h de travail ni plus, ni moins, ce qui impacterait obligatoirement le calcul de l’ONEM en cas de chômage. Cette partie fera l'objet d'un autre article reprenant tous les éléments se rapportant à cet aspect des choses.

 

Si les 32h payées 38 est un projet réalisable dans le secteur public, la mesure ne fera qu’accentuer encore un peu plus les phénomènes qui sont dénoncés par ces mêmes organisations dans le secteur privé. Et n’oublions pas que, généralement, c’est le secteur privé qui produit les richesses qui permettent de payer les travailleurs du secteur public… Il s’agit purement d’un jeu de pompiers pyromanes !

 

Le SECOP-ITSRE privilégie la défiscalisation totale des heures au-delà de la 38h et ceci tant pour le travailleur que pour l’entreprise. Ceci permettrait aux entreprises de réduire leurs charges patronales et ainsi d’atténuer leurs charges comparativement aux charges patronales demandées en Slovaquie, en Roumanie, en Pologne,… De plus, ce système donnerait l’envie aux travailleurs d’être motivés et de se battre pour leur emploi…

 

Tous les chauffeurs ne veulent pas faire 32h par semaine, à l’époque où nous avons commencés à rouler en camion, c’était pour gagner de l’argent. Et qu’ont faits les syndicats et les politiques ? Ils ont « négociés » le régime de flexibilité qui plombe le salaire poche des travailleurs du secteur.

 

Le SECOP-ITSRE veut un secteur du transport prospère qui paye correctement celles et ceux qui se lèvent tôt et qui ne rentrent pas toujours chez eux…

Nous pensons qu’il est temps d’arrêter le massacre du transport pour des raisons électoralistes ou de gros sous !

Notre organisation est libre, indépendante et neutre !