En Belgique, les chauffeurs routiers sont révoltés face à des mesures anti-COVID hallucinantes. Et il y a de quoi se poser de sérieuses questions face à ce nouveau fait vécu par les chauffeurs routiers !

Une fois de plus au niveau de notre syndicat, on se pose une question fondamentale « prend-t-on les chauffeurs vraiment pour des cons ? ». Beaucoup pensent qu’il faudrait arrêter la bêtise humaine…

 

Ancien chauffeur routier devenu syndicaliste depuis 2008, j’ai vu toute l’évolution du transport routier de marchandises. J’ai donc une bonne expertise mais je n’ai pas la seule vérité non plus ! C’est pourquoi je lance un appel aux chauffeurs routiers qui ont un peu d’expérience. A ceux qui ont faits le choix de venir dans le secteur du transport mais qui en sont déçus. Je sais que vous êtes nombreux à vous poser des questions sur votre avenir dans ce secteur.

Lorsque j’étais jeune, mon père me disait toujours « tu feras tes études et ensuite tu feras ce que tu voudras ». J’ai fait mes études et je suis devenu chauffeur routier par passion du métier. A la fin de ma carrière de chauffeur routier, je me suis posé des centaines de questions. Et d’une passion débordante, j’en suis arrivé à être dégouté de ce secteur. Et vous, qu’avez-vous à nous dire pour que nous puissions travailler sur le premier rapport « pénurie de chauffeurs » ?

100 candidatures ont été adressées à des employeurs potentiels du secteur du transport routier et le candidat n’a reçu aucune réponse positive. Pourtant, le candidat a montré beaucoup de bonne volonté puisqu’il indiquait qu’il était motivé, disponible, flexible,… enfin tout ce qu’un employeur peut rêver d’un chauffeur !

Au vu du curriculum vitae adressé aux employeurs potentiels, l’expérience du candidat était pourtant intéressante mais malgré tout, ce candidat n’a reçu qu’une seule réponse téléphonique lui disant que le travail proposé était dur et que leur personnel ne restait que quelques années avant de quitter leur emploi pour faire autre chose.

Quoi qu’il en soit, le mythe de la pénurie de chauffeurs routiers n’existerait pas sans ces offres d’emploi qui ne mènent nulle part…

Max Meynier n’est pas inconnu aux yeux de bien des chauffeurs et plus particulièrement, des plus vieux d’entre nous. Dans bien des cas, c’est lui et les aventures racontées en direct par des chauffeurs qui ont fait qu’un jour, des jeunes hommes ont pris la route pour en faire leur métier… Ah quelle époque !

Dans cet article, nous ferons la parallèle entre cette époque, ou plutôt entre cette « grande » époque, et celle que nous vivons actuellement…

Le SECOP-ITSRE asbl travaille depuis de nombreuses années maintenant avec une homologue française sur la problématique des éclatements de pneumatiques poids lourds qui provoquent des accidents. De ces échanges est née la page facebook sur laquelle sont répertoriés ces accidents. Cliquez ICI pour retrouver cette page.

Cette française effectue ces recherches parce que son époux, chauffeur routier a péri après avoir été percuté par un autre camion qui avait franchi la berme centrale suite à l'éclatement de son pneu avant gauche. Le bilan était lourd puisque 3 camions étaient impliqués; deux des chauffeurs sont morts sur le coup, le 3eme blessé.

Suite à des incohérences d'enquête, la lecture de divers et multiples documents lui laissait à penser  qu'un problème de fabrication pouvait être la cause de cet accident. Aussi depuis près de 5 ans, elle tente de mettre en avant une possible série accidentelle européenne de poids lourds parce qu'elle pu, avec notre aide, découvrir au Pays bas puis en république Tchèque qu'un rappel produit massif émanait du manufacturier concerné dans l'accident de son mari, de part une référence très proche. D'autres éléments étayaient sa conviction.