SECOP - ITSRE asbl 

0032 (0)487 64 70 47 *** 0032 (0)486/21.18.20 

 Écrivez-nous à itsre@live.be

L'interdiction de dépasser des camions : la pire mesure routière d'après Benoit GODART /// Pour rappel, Benoit GODART est le porte parole de l'IBSR (qui vient de changer de nom) et le Ministre de tutelle de l'IBSR est le Ministre de la mobilité François BELOT. Le 20 janvier 2017, nous recevions un mail d'un attaché du cabinet du Ministre en question. Je vous laisse contenu de la demande au bas de ce premier texte. Ainsi que la réponse qui a été donnée par le syndicat du SECOP-ITSRE à cet attaché au bas de ce premier message. Vous pourrez ainsi constater que le SECOP-ITSRE fait son travail de terrain... La prochaine étape est de faire voter le retrait de cette interdiction de dépasser...
Il est évident que nous pouvons transférer les échanges de mails à nos adhérents sans aucun souci !
Demande du Cabinet du Ministre BELOT
RE: Dépassement des camions
AD
Alain Durant
De : Carliez Cédric <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.;
Envoyé : vendredi 20 janvier 2017 14:49
À : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Objet : Dépassement des camions
Monsieur Durant,
Il a été porté à mon attention que votre organisation avait formulé une proposition relative au dépassement des camions par temps de pluie sur les autoroutes.
Vous serait-il possible de me faire part de celle-ci ?
Je vous en remercie d’avance.
Cordialement,
Cédric CARLIEZ
Conseiller / Adviseur
cid:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cabinet de Monsieur François BELLOT
Ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Sncb
Kabinet van de Heer François BELLOT
Minister van Mobiliteit, belast met Belgocontrol en de Nmbs
Rue Ernest Blerot, 1, 1070 Anderlecht / Ernest Blerotstraat, 1, 1070 Anderlecht
(: +32 (0)2 238 28 19
Répondre|
mer. 25-01, 23:16
Carliez Cédric (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
 
Réponse envoyée par le Président du SECOP-ITSRE
 
Éléments envoyés
Bonjour Monsieur Carliez,
Avant tout, je vous remercie pour votre mail auquel je réponds avec plaisir.
Je réponds tardivement à votre courriel car celui-ci était placé dans mes messages indésirables !
Sans vouloir vous reprendre, il ne s'agit pas d'une interdiction de dépasser "par temps de pluie" mais bien par "précipitation". Quelque chose qui tombe et en aucun cas, quelque chose qui est soulevé par le passage d'un véhicule. Lorsqu'il peut il est interdit de dépasser mais lorsque la chaussée est inondée et qu'il ne pleut plus, on peut dépasser... A moi de vous informer qu'en Europe, la Belgique est le seul Pays à interdire le dépassement par "précipitation".
Vous trouverez ma réponse peut être un peu longue mais le fait d'interdire le dépassement des camions a beaucoup plus d'incidences que ce qu'on pourrait imaginer ! Je vous adresse donc ce premier mail. Si vous le souhaitez, nous pouvons développer chaque point sans aucun soucis. Le seul problème, c'est que je m'occupe des problèmes d'insécurité routière d'une société de transport et je travaille toujours comme chauffeur donc, nous faisons tout ça après nos journées de travail...
Je vous propose une partie de nos réflexions et de nos idées ainsi que propositions pour améliorer la cohabitation voitures/camions un peu plus bas;
Notre site internet : www.itsre.eu (Interface pour le Transport et la Sécurité Routière en Europe)
Nous rassemblons employeurs et travailleurs !
Je reste à votre disposition si vous le souhaitez.
Veuillez agréer l'expression de mes meilleurs sentiments.
Alain Durant
0473/86.33.73
Le fait d’interdire le dépassement des camions créé aussi et surtout de l’insécurité routière. Certains chauffeurs effectuant de longs parcours et roulent à 80 - 85 km/h alors que les chauffeurs belges, qui ne font généralement plus QUE de la distribution, sont soumis à une multitude de contraintes liées aux entreprises mais également à des cadences qui rendent déjà le travail pénible (pause des travailleurs des entreprises, heure de fermeture, heure de midi, manque de motivation des chargeurs, agressivité verbal de certaines personnes…) Le fait de devoir se suivre les uns derrières les autres créé et créera d’avantage des « trains de camions » qui roulent déjà pare-chocs contre pare-chocs et ce phénomène s’accentuera d’avantage mais génèrera aussi encore un peu plus de STRESS chez les chauffeurs et ce stress génèrera plus d’agressivité et d’intolérance sur nos autoroutes.
Pour rappel : le nombre d’accidents impliquant des camions diminue depuis quelques années mais la violence de ces accidents s’est accentuée ! Cette violence vient du fait de l’agressivité des chauffeurs.
Avec ceci, notre organisation dénonce depuis 10 ans, la problématique de l’absence de vigilance lors de la conduite d’un camion,, Il s’agit d’un phénomène très bien connu par le monde médical mais largement oublié par le monde de la sécurité routière. (L’IBSR et l’AWSR font un très bon travail pour les automobilistes motards, cycliste,… mais au niveau du transport, elles ne sont pas performantes !)
Notre organisation a testé sur plusieurs chauffeurs un petit appareil qui permet de détecter ces « absences de vigilance », la situation est alarmante. De quoi s’agit-il ? Le chauffeur a des « trous noirs » de quelques secondes. Quand on sait qu’en 1 seconde, un camion qui roule à 90km/h fait 25 mètres, il y a de quoi faire le cadastre de ce qui est dénoncé… Nous avons également des contacts sur ce sujet avec Monsieur WERY qui travaille pour l’Université de Liège sur cette problématique. Pour vous donner un exemple, sur la E313, autoroute monotone, l’un de nos chauffeurs a fait 13 absences de vigilances, moi 10, et un autre chauffeur !
Pour quelles raisons les chauffeurs ne respectent-ils pas leur distance de sécurité surtout lorsqu’il y a beaucoup de circulation ?
Simplement pour se préserver des coups de freins des automobilistes un peu trop pressés. Ceux-ci dépassent jusqu’au dernier moment les camions et ceci avant de se jeter devant eux et de freiner devant ces véhicules de 44 tonnes dans beaucoup de cas. Un camion ne s’arrête pas sur la même distance qu’une voiture ! De plus, la marchandise peut bouger dans le camion et provoquer des pertes de chargement. Dans ce cas d’un coup de frein devant le camion, le chauffeur ne sait pas ce que l’automobiliste va faire et doit travailler avec la peur continuellement. Malgré tout, beaucoup d’automobilistes n’hésitent pas un seul instant à freiner et dans de trop nombreux cas, même de s’immobiliser sur la première bande de circulation afin d’essayer de s’intégrer entre deux voitures qui sont déjà immobilisées sur la bande de décélération.
La pratique est généralisée principalement aux embranchements, dans les échangeurs et aux sorties d’autoroute.
Une signalisation et une politique désastreuse pour les routiers !
Prenons un bel exemple, celui de la région montoise sur la E42. Les sorties d’autoroutes sont très rapprochées. Malgré ça, il est interdit aux camions de se dépasser durant les heures de pointe alors que l’axe routier est mis à 3 bandes de circulation. Les camions se suivent sur la première bande de circulation et il devient pénible pour un automobiliste de s’intercaler entre 2 camions ! Toujours sur le même axe routier, entre Aachen et Mons, il existe plusieurs situations vécues par un routier. En venant en Belgique par Aachen, il est interdit de dépasser, quelques kilomètres plus loin, à Thimister, on est autorisé à se dépasser sur une 2X2 bandes ! Puis, sur le viaduc de Cheratte, il est de nouveau interdit de dépasser (actuellement en travaux, avant il était déjà interdit au dépassement). Puis c’est autorisé jusqu’à l’échangeur de Loncin ou il est de nouveau interdit de dépasser. Puis, devant l’aéroport de Liège, autorisé de dépasser. Sur la portion à proximité d’Andenne, il est autorisé de dépasser jusqu’à 6h30 du matin alors que dans la région de Mons, il est interdit de dépasser à partir de 6H00 jusqu’à 10H00 et de 15H00 à 19H00 !!! A Chareleroi, 2X3 bandes, autorisé de dépasser jour et nuit. Par précipitations, il est interdit de dépasser n’importe où, BREF, tout ce qui est servi aux chauffeurs routiers n'est pas pour l'aider sur le territoire belge !
Tout ceci pour dire qu’avant de vouloir mettre des caméras pour verbaliser les chauffeurs, il faudrait régler bien d’autres problèmes qui ont un impact non négligeables sur la sécurité routière… Quoi par exemple ?
Une bande discontinue (ligne blanche) entre la deuxième bande de circulation et la première avec un pointillé entre la première bande et la deuxième (donner la possibilité aux automobilistes de se déplacer de la première à la deuxième bande en interdisant légalement qu’un automobiliste ne vienne se jeter de la deuxième bande sur la première devant les camions). Les Dashcam dans les véhicules serviront pour établir les responsabilités et ceci suivant la législation en la matière (vie privée)
La suppression des panneaux d’autorisation de dépasser de 19H00 à 6H00 (panneaux bleus avec une voiture et un camion blanc) ET remplacement de ceux-ci par le même panneau que ce qui est vu PARTOUT en Europe SAUF en Belgique. (disque rouge, voiture noire et camion rouge) ET CECI aux endroits où c’est dangereux et surtout ne pas généraliser l’interdiction (Par exemple : Dans la côté de la Barque de Fraiture, autoroute à 3 bandes de circulation, 2 interdites aux camions, il en reste une seule ! Lorsqu’un camion est chargé, il monte à 30km/h. Un camion vide monte à 90km/h RESULTAT : Tous les camions dépassent (moi aussi !)
Il faut généraliser la signalisation à un seul modèle, pas une multitude comme c’est le cas !
Faire un cadastre de toutes nos autoroutes, endroit par endroit, kilomètre par kilomètre et définir quels sont les axes qui posent de réels problèmes en matière de cohabitation voiture/camion et de sécurité routière.
Dans les zones qui seront définies comme étant des zones dangereuses, il faut que les chauffeurs voient plus de voitures de police sur le bord de l’autoroute, parkings, bretelles,… (Je sais que le Ministre n’a pas cette compétence mais en Allemagne, les chauffeurs respectent les interdictions car la police est visible tous les 20 km)
Une agence pour le Transport et la Sécurité Routière !
Nous réclamons depuis quelques années déjà, que soit créée une agence pour le transport et la sécurité routière. Pourquoi ?
Comme précisé plus haut, les structures que nous avons en Belgique font un très bon travail pour les autres usagers du réseau routier. Le secteur du transport a beaucoup trop de particularités pour qu’elles ne soient connues par ces structures. La fraude au tachygraphe, la fraude concernant la taxe kilométrique, les pratiques des chauffeurs mais également de certains employeurs, ce que voit un chauffeur (signalisation peu adéquate (panneau signalant un pont à 3.50M juste devant un pont et impossibilité de faire demi-tour avec un camion (voir aussi l’accident de SPA), l’infrastructure routière qui dégrade les pneumatiques des camions, le manque de parkings, et tant d’autres choses qui accentuent les problèmes d’insécurité routière liées au transport routier.
Pour conclure ce chapitre, nous dénonçons le fait que les fédérations UPTR et FEBETRA (représentant des patrons) font parties du Conseil d’Administration des structures officiels de l’Etat et des Régions (IBSR et AWSR) et que parmi ces Fédérations, l’un des représentants a soutenu l’un de ses affiliés qui obligeait ses chauffeurs à effectuer des fraudes au tachygraphe (Je tiens le dossier et les éléments de preuves à votre disposition si vous souhaitez vérifier mes dires. Dossier d’un Juge d’instruction et d’un Procureur du Roi de Liège)
Nous demandons donc au Ministre la création d’une agence pour le transport et la sécurité routière. Celle-ci devra être dirigée non pas par un technocrate mais par quelqu’un qui connait le transport. Je me propose !
Et que dire des formations continues ??? A part l’une ou l’autre qui sont intéressantes, beaucoup ne le sont pas et ont été créées pour « occuper les chauffeurs ! Aucune formation sur le temps de réaction d’un individu, sur les distances de freinages, sur la pyrolyse du pneu. Alors qu’en Europe on parle uniquement de « l’éclatement d’un pneu » notre organisation fait pourtant la différence entre « éclatement d’un pneu » et « explosion d’un pneu » ce sont deux choses différentes et aucun chauffeur ne le sait !!!
 

Commentaires   

0 # Philippe 23-10-2017 16:51
Il y a un syndicat qui a été créé par des chauffeurs routiers et qui se bat réellement pour nous ! C'est le SECOP-ITSRE...
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir