SECOP - ITSRE asbl 

0032 (0)487 64 70 47 *** 0032 (0)486/21.18.20 

 Écrivez-nous à itsre@live.be

Plus de 3.300 chauffeurs routiers Scandinaves se sont rassemblés sur un groupe FaceBook afin de dénoncer les irrégularités constatées dans le secteur du transport dans leur pays. Le SECOP-ITSRE suit ce groupe depuis plusieurs mois afin de lire et d’analyser le contenu de leurs textes et de leurs revendications et ceci dans le but de ne pas nous faire le relais d’une organisation d’extrême droite.

Leurs constats sont les mêmes que ceux qui sont faits par le SECOP-ITSRE depuis sa création il y a 5 ans maintenant : Les politiciens de l’Europe de l’Est font de la politique avec la mentalité de l’Europe de l’Est et en aucun cas, ceux-ci se sont intégrés dans le projet européen tel qu’imaginé par les « pères fondateurs de l’Europe », Robert Schuman en tête du cortège.

Le collectif demande aussi que les chauffeurs ne puissent plus dormir dans leur cabine pour faire leur coupure de 45h comme c’est le cas en Belgique, en Allemagne, en Suède, au Danemark et aux Pays-Bas. Actuellement, cette réglementation n’est pas d’application en Norvège.

Par rapport à cette législation instaurée par des pays d’Europe occidentale, le constat est fait que beaucoup de chauffeurs ne respectent plus les heures maximales de conduite et ceci dans le but de rejoindre les pays scandinaves où il n’existe pas (encore) de règles concernant le repos de 45h00. Ceci représente un problème en matière de sécurité routière dans ces pays.

Nous rappellerons que l’absence de vigilance provoquée par la somnolence peut être la cause de plusieurs situations. La première est un temps de repos trop court. La deuxième ce sont les pensées cognitives. Celles-ci se produisent lorsque le chauffeur est soumis au stress et aux pensées, dans ce cas, celles de se faire verbaliser…

Le SECOP-ITSRE est derrière ce groupement de chauffeurs routiers car la situation est grave, très grave pour ne pas que l'Europe prenne conscience que la politique qu'elle a développée au niveau du transport et de bien d'autres secteurs d'activités n'était pas la politique à suivre...