GSM au volant, c'est pas le moment !

Le SECOP-ITSRE offre des masques de protection

Comment mettre un masque en toute sécurité ?

L’exemple français n’a visiblement pas traversé la frontière franco-belge…

Le permis à points, que veulent instaurer nos nouveaux responsables politiques belges, est une mesure discriminatoire vis-à-vis des travailleurs qui utilisent un véhicule pour leur emploi. L’Interface pour le Transport et la Sécurité Routière en Europe tire la sonnette d’alarme !

Au niveau du Code de la Route, le retrait de points sera légalement rendu possible alors que dans certaines situations les travailleurs ne pourront pas faire autrement que d’enfreindre le Code de la Route.

 

 

Exemple pour illustrer ces propos :

L’Article 24 stipule qu’il est interdit de mettre un véhicule à l’arrêt ou en stationnement à tout endroit où il est manifestement susceptible de constituer un danger pour les autres usagers de la route ou de les gêner sans nécessité OR s’arrêter sur la bande de roulage d’un axe prioritaire constitue déjà un danger.

L’Article 25.8 du Code de la Route stipule qu’il est interdit de mettre un véhicule en stationnement en dehors des agglomérations sur la chaussée d’une voie publique pourvue du signal B9, c’est-à-dire d’une route prioritaire.

Nous constatons que beaucoup de concessions automobiles et d’autres commerces sont situés sur de grands axes routiers prioritaires. Ces concessions automobiles ne disposent pas d’une aire de chargement/déchargement des véhicules. Et lorsqu’il y a un espace où l’on pourrait y mettre un camion en toute sécurité, les concessionnaires n’hésitent pas à y mettre des véhicules neufs et d’occasions.

La situation est la même dans beaucoup d’autres commerces et le simple fait de livrer ces commerces obligent déjà de nos routiers et autres personnels de la route, à effectuer des livraisons sans avoir la possibilité de respecter le Code de la Route.

La situation en France est catastrophique pour des milliers de travailleurs privés de leur permis de conduire. Un chauffeur routier peut se voir retirer tous ses points en l’espace d’une seule journée de travail. Dans bon nombre de cas, des milliers de personnes circulent sur le territoire français sans permis de conduire.

Si la situation de la sécurité routière est si préoccupante que pour instaurer de nouvelles mesures et ceci dans le but pour freiner les ardeurs de certains mauvais conducteurs, notre Gouvernement devrait se poser quelques questions fondamentales et faire la différence entre : mauvais conducteur ET professionnel qui essaye de faire son travail tant bien que mal !

En décembre 2009, nous avions déjà interpellé le Ministre de l’urbanisme de l’époque qui n’était nul autre que l’écologiste Philippe Henry. Nous lui demandions d’inclure dans tout nouveau permis d’urbanisme une clause rendant obligatoire une aire de déchargement/chargement pour les nouvelles entreprises situées sur un axe routier prioritaire. Depuis tout ce temps, rien n’a été fait pour améliorer le sort de milliers de chauffeurs livreurs. Nous disposons bien entendu des mails échangés entre son Cabinet de l’époque et notre organisation…

Le SECOP-ITSRE propose ce qui suit :

  • Depuis quelques années déjà, notre organisation demande l’instauration de pistes provinciales dédiées à la sécurité routière et à la mobilité. Ces pistes de sécurité routière seraient utilisées par le personnel enseignant et ceci dans le cadre de la sensibilisation à la sécurité des citoyens dans leur mobilité.
  • Nous faisons la proposition depuis plus de dix années déjà d’inclure, comme c’est le cas aux Pays-Bas, des cours de sécurité routière et d’apprentissage à sa propre sécurité dans notre mobilité et ceci depuis le plus jeune âge. Ces cours devraient faire partie du programme éducatif et non plus comme était un cours facultatif comme c’est le cas encore de nos jours…

La sécurité routière NE doit PAS s’apprendre en quelques semaines lorsqu’il est l’heure de passer son permis de conduire. Non, la sécurité routière doit faire partie de notre mentalité et cette mentalité se forge au fil des années et non pas au fil de la lecture d’un livre lorsqu’il est temps de passer son permis !

La sensibilisation à la sécurité routière doit se faire tout au long de la vie d’un citoyen.

Adhérez au SECOP-ITSRE : Cliquez ICI