GSM au volant, c'est pas le moment !

Les chantiers autoroutiers de tous les dangers

Les chauffeurs de taxis ont aussi des problèmes

Le SECOP-ITSRE asbl travaille depuis de nombreuses années maintenant avec une homologue française sur la problématique des éclatements de pneumatiques poids lourds qui provoquent des accidents. De ces échanges est née la page facebook sur laquelle sont répertoriés ces accidents. Cliquez ICI pour retrouver cette page.

Cette française effectue ces recherches parce que son époux, chauffeur routier a péri après avoir été percuté par un autre camion qui avait franchi la berme centrale suite à l'éclatement de son pneu avant gauche. Le bilan était lourd puisque 3 camions étaient impliqués; deux des chauffeurs sont morts sur le coup, le 3eme blessé.

Suite à des incohérences d'enquête, la lecture de divers et multiples documents lui laissait à penser  qu'un problème de fabrication pouvait être la cause de cet accident. Aussi depuis près de 5 ans, elle tente de mettre en avant une possible série accidentelle européenne de poids lourds parce qu'elle pu, avec notre aide, découvrir au Pays bas puis en république Tchèque qu'un rappel produit massif émanait du manufacturier concerné dans l'accident de son mari, de part une référence très proche. D'autres éléments étayaient sa conviction.

 A l'heure actuelle, les dernières expertises pratiquées viennent confirmer ses hypothèses. Un rapport qui en dit long sur les causes de l’accident en question. Même quand un pneu est bien gonflé, qu’il est en parfait état, qu’il ne présente aucunement de problème à l’œil nu, il peut vous coûter la vie !

Ainsi depuis 2014, le SECOP-ITSRE asbl essaye tant bien que mal, de savoir quels sont les types de pneus utilisés lorsque les médias relatent un accident impliquant un camion qui a éclaté un pneumatique et ceci en Belgique ou encore aux Pays-Bas. Ce travail a permis de constater qu’effectivement une marque de pneu revenait plus que d’autres. Il nous est impossible d’établir, à l’heure actuelle, si cette marque est plus vendue qu’une autre marque et que par conséquence ceci expliquerait qu’il y ait plus d’incidents avec ce pneu.

Le rapport d’expertise indique que la détérioration et déchéance du pneu avant gauche sont la conséquence de la conjonction de plusieurs facteurs affectant la fabrication du pneu :

Des liaisons insuffisantes et défectueuses entre les éléments assemblés.

Des défauts liés aux manutentions et au stockage.

Des irrégularités, et défauts de positionnement dans les plis ceinture, tels que :

Centrage des plis ceinture ;

Largeur des plis ceinture ;

Décalage des plis ceinture en bord d’épaule ;

Angles câbles des plis ceinture.

Des retraits vraisemblablement insuffisamment ciblés puisque l’on retrouve les mêmes symptômes caractéristiques de séparations et d’éclatement pour les pneus dont le DOT se situe entre 2011 et 2013

Au niveau du SECOP-ITSRE asbl, nous défendons nos adhérents devant trois juridictions et ceci dans le cas où l'un de nos adhérents devrait être défendu devant un tribunal autre que celui du travail. Pourquoi ? Les autres syndicats défendent leurs adhérents devant le tribunal du travail uniquement. Dans le cas d'un accident de la circulation, l'adhérent d'un syndicat historique n'est pas défendu... Sauf au SECOP-ITSRE. De plus, la cotisation reste inchangée au SECOP-ITSRE depuis 2013 car notre but n'est pas de créer un business mais plutôt de défendre au mieux nos adhérents.

Conditions générales d'adhésion : Cliquez ICI

Envie de nous rejoindre ? Inscrivez-vous en cliquant ICI 

 

Nous restons à la disposition des autorités pour toute information sur ce sujet 

La marque de pneu a résorbé le problème lié à la fabrication du pneu.

De gauche à droite

Pascal DEBRUYN (ancien président de l'UNOTRE), Philippe CUVELIER (ancien Ministre du Transport français) et Alain DURANT (président du SECOP-ITSRE)

 

Nous sommes heureux d'avoir pu collaborer à cette campagne de sensibilisation...

Merci à l'AWSR de prendre enfin en compte, les réalités vécues par les routiers...

Lire le communiqué de presse de l'AWSR : Cliquez ICI