GSM au volant, c'est pas le moment !

Le SECOP-ITSRE offre des masques de protection

Comment mettre un masque en toute sécurité ?

100 candidatures ont été adressées à des employeurs potentiels du secteur du transport routier et le candidat n’a reçu aucune réponse positive. Pourtant, le candidat a montré beaucoup de bonne volonté puisqu’il indiquait qu’il était motivé, disponible, flexible,… enfin tout ce qu’un employeur peut rêver d’un chauffeur !

Au vu du curriculum vitae adressé aux employeurs potentiels, l’expérience du candidat était pourtant intéressante mais malgré tout, ce candidat n’a reçu qu’une seule réponse téléphonique lui disant que le travail proposé était dur et que leur personnel ne restait que quelques années avant de quitter leur emploi pour faire autre chose.

Quoi qu’il en soit, le mythe de la pénurie de chauffeurs routiers n’existerait pas sans ces offres d’emploi qui ne mènent nulle part…

 

Au niveau du FOREM ou d’ACTIRIS, on demande aux chômeurs de faire l’effort de rechercher un emploi mais force est de constater que ces efforts ne sont pas récompensés ne fusse que par un mot, un appel téléphonique, un mail en retour. Dans les 99 cas sur la centaine de candidatures envoyées, notre candidat n’a eu aucun retour !

Les employeurs ne jouent pas le jeu de l’emploi !

Du côté des employeurs, ceux qui crient au loup parce qu’ils ne trouvent pas de travailleur, c’est le silence radio alors qu’ils pourraient aussi jouer le jeu en disant tout simplement ce qui ne les a pas convaincus dans le curriculum vitae présenté. On nous dira certainement qu’ils n’ont pas le temps de répondre alors que la plus simple courtoisie qu’on nous enseignait à l’école, nous imposait à répondre à tout courrier…