SECOP - ITSRE asbl 

0032 (0)487 64 70 47 *** 0032 (0)473/86.33.73 

 Écrivez-nous à itsre@live.be

1 parking mediasActuellement, il y a deux thèses qui s’affrontent. Il y a tout d’abord celle qui est relayée continuellement par les médias et qui vise à dire qu’on ne trouve plus de chauffeur en Belgique et que c’est pour cela que les entreprises belges doivent aller chercher de la main d’œuvre à l’étranger (entendez : Slovaquie, Roumaine, Pologne,…). Cette première thèse est bien entendu relayée par les Fédérations patronales du transport ainsi que certaines personnes qui sont proches du patronat.

Ensuite, il y a l’autre thèse, celle qui est vérifiée et confortée à chaque fois que nous rencontrons l’un de nos affiliés et qui dit tout autre chose. La majorité des chauffeurs en ont ras-le-bol. Dans le passé, le fils d’un chauffeur devenait lui-même chauffeur. Aujourd’hui, quel est le chauffeur qui aurait l’envie de pousser son fils dans un secteur comme celui qui nous est laissé par des employeurs peu scrupuleux ?

Et que dire de nos jeunes qui sortent du FOREM ou d’un autre centre de formation ? Généralement, les entreprises qui engagent souvent des chauffeurs, ce sont des entreprises où il y a beaucoup de va et vient des chauffeurs. Ceci est un premier signe sur ce qui peut se passer dans l’entreprise. Généralement, les « bons » chauffeurs connaissent ces entreprises-là et ils ne postulent pas tout simplement. Reste alors toutes ces nouvelles recrues qui tombent dans le piège des sociétés qui ne respectent pas les règles sociales instaurées par le législateur. Dans ces sociétés, il règne une zone de non-droit. C’est ainsi que ces sociétés ne payent pas le travailleur comme il devrait être payé (les calculs de salaire faits par notre organisation laisse apparaître très clairement toute une série d’heures qui ne sont pas payées au travailleur) et que dire des insultes, de l’agressivité verbale de certains employeurs ou responsables ?

Beaucoup de gens qui avaient été formés par ces centres de formation sont venus dans le transport et en sont repartis dégoûtés…

Heureusement qu’il existe encore des sociétés dans lesquelles il est bon travailler…