SECOP - ITSRE asbl 

0032 (0)487 64 70 47 *** 0032 (0)473/86.33.73 

 Écrivez-nous à itsre@live.be

Il y a quelques semaines à peine, le Ministre Carlo Di Antonio faisait la proposition d’augmenter la taxe kilométrique des camions qui passent sur le réseau routier bruxellois. Mais pour quelle raison exactement ? D’après lui, cette idée permettrait de détourner les camions vers d’autres itinéraires. Bonne idée diront les automobilistes qui sont continuellement et de plus en plus dans les embouteillages à Bruxelles… Mais quelle est la véritable raison de cette proposition ?

Nous pensons fortement, très fortement, que le Ministre se trompe de politique car l’image qui illustre cet article est assez parlante sur la réelle situation vécue autour et dans Bruxelles. Un ministre Wallon qui veut détourner la circulation des poids lourds vers un autre itinéraire n’est qu’un Ministre qui veut ramener la taxe kilométrique dans les caisses de la Région Wallonne et ceci au détriment des automobilistes qui empruntent la dorsale wallonne. N’ayons pas peur de le dire, l’itinéraire « Bis » du Ministre fera passer inévitablement les camions délestés de Bruxelles sur la E42 Liège – Mons.

Faire de la politique, c’est aussi améliorer le quotidien des citoyens et dans ce cadre, développer des transports publics qui favorisent la mobilité des uns et des autres.

Nous profiterons de cet article pour rappeler que le transport (voiture, train, camion,…) c’est le déplacement d’un poids. Un camion consommera 30 litres/100 kilomètres pour transporter 25.000 kilos alors qu’une voiture qui transporte une personne transporte aussi 80 kg (voir plus, voir aussi moins)

Dans les files à Bruxelles, pas moins de trois files qui sont encombrées par des voitures et seulement une par des camions et ceci sans compter le nombre de voitures qui sont « blotties » entre deux camions…

Nous en avons plus qu’assez que nos politiciens continuent continuellement à taper sur le clou du transport plutôt que de développer un plan général en matière de « mobilité » et de ce côté, nous en sommes encore très loin…